J

Jean Pallarès expose ses photographies réalisées à la fin des années 80 lors de visites à New-York et notamment aux abords de la cathédrale Saint Patrick sur la 5ème avenue.

Chaque dimanche de Pâques, hommes et femmes y viennent en chapeau. “Pas n’importe lequel : c’est par lui que va s’exprimer la joie du renouveau, de la résurrection, du printemps qui arrive. Rien n’est trop parlant ni trop expressif. Tout est permis : les élégants et élégantes de la bonne société arborent une liesse soigneusement étudiée, apparemment coûteuse. Les moins aisés font dans le joli, l’excentrique, le drôle...

L’imagination règne, jusqu’au baroque échafaudé. Les chapeaux font la fête et le font savoir. Et lorsque l’office est terminé, tous se retrouvent sur la 5ème Avenue, échangent des nouvelles, se congratulent, papotent. C’est la Parade des Chapeaux. Ce n’est que là, ce n’est que ce jour là, vers midi. C’est le jour où les chapeaux s’expriment, parlent, hurlent, chantent. Et ce que ces chapeaux racontent est bien joyeux !”

Avant de rejoindre Saint-Laurent, l’exposition de Jean Pallarès s’est arrêtée tout dernièrement et enrichie de nouvelles photos au Musée de la Chapellerie d’Espéraza dans l’Aude.

Sans doute, Jean voulait-il de cette façon honorer le savoir-faire et le goût du beau de l’artisan chapelier français au passé prestigieux. Car, dans la 1ère moitié du XXème siècle, Espéraza était connue dans le monde entier pour ses chapeaux.

Gageons que certains d’entre eux paradent encore le dimanche de Pâques aux abords de la cathédrale Saint Patrick à Manhattan.

Exposition Salle Roger Delenne du 9 au 19 août de 15h à 19h .