08 juillet 2017

Une fête de fin d'année réussie pour les écoliers de Saint-Laurent-le-Minier

web- 1

Ce vendredi 30 juin, l'association des parents d'élèves Les P'tits Loups a offert aux enfants de l'école et au villageois une belle fête de fin d'année.

En milieu d'après-midi, les enfants se sont retrouvés autour d'une table gourmande où crêpes, bonbons et gâteaux ont reçu le succès attendu.

Après le goûter, les portes se sont ouvertes aux villageois qui ont pu découvrir une exposition des livrets de contes imaginés par les élèves de l'école lors d'ateliers d'écriture et des panneaux réalisés par les enfants ayant participé aux TAP Art plastique. Ces panneaux hauts en couleurs et particulièrement créatifs seront exposés dans le secteur de la cascade de la Vis afin d'inviter les baigneurs à respecter la nature.

Un plan, grand format, du chemin du Salet en cours de réhabilitation a également été présenté avec les futures plantations qui seront effectuées en automne. Chacun a pu à sa manière soutenir financièrement l'achat de ces plantations, de quoi financer la quasi totalité du projet.

L'après-midi s'est poursuivie par une joyeuse représentation de danses et chants par les enfants ayant participé au TAP animés par Odrey.

Puis, le maire André Rouanet et son adjointe Annie Remburre sont venus remettre des dictionnaires d'anglais aux six enfants qui quittent l'école pour entrer au collège après leurs vacances d'été.

Enfin est venu le tirage de la tombola et ce sont 25 gagnants qui se sont partagé les lots offerts par les commerçants, artisans et artistes du village et des environs. Les enfants ont également eu leur tombola et ils ont tous reçu leur petit lot surprise.

L'heure était venue de se retrouver autour de l'apéro de l'APE puis du repas partagé avec les plats préparés par tous. Les enfants et musiciens présents ont animé la suite de la soirée. Encore une belle fête organisée par les parents d'élèves.

Présentation des panneaux créés par les enfants pour inviter les visiteurs de la cascade à respecter la nature.
web-00005

web-00006

web-00007

 

Le plan, grand format, du chemin du Salet en cours de réhabilitation et de ses futures plantations.
web-00002

Odrey annonce le spectacle préparé par les enfants qui ont suivi son atelier chorale et danse.
web-00012

Concentration avant la représentation.
web-00009

Grâce et légèreté dans le mouvement.
web-00014

web-00019

 

En chansons maintenant.
web-00021

web-9274

web-9278

Lila, Matisse, Zuzanna, Luna, Tao et Marin vont entrer au collège.
web-9280

Ils reçoivent un dictionnaire qui les aidera dans l'apprentissage de l'anglais.
web-9283

web-9284

Tirage de la tombola par Luna, Zuzanna et Matisse.
web-9286


29 juin 2017

Duo danse et poésie au jardin

duo poésie-web

Marie Hélène Desmaris danseuse/chorégraphe et Geneviève Bertrand auteur/lectrice présentent leur nouvelle création danse et poésie “Et il y eut un corps”.

Cette rencontre entre les mots et les gestes qui se répondent et se croisent dans une réelle complicité sera proposée le mardi 4 juillet à 19h dans le jardin de l'Enceinte au 15, rue Antoine Carles (entrée par la rue de Laparot).

Libre participation aux frais.
Le verre de l’amitié clôturera la performance.

Informations / réservations :
Geneviève Bertand : 06 88 92 01 69
Bruno Danjoux : 06 50 65 37 62

19 juin 2017

Les arts de la rue ont enchanté le village

Dagmara-1La batucada a entraîné le public dans son sillage.

Ce samedi 9 juin, l'association des parents d'élèves a séduit son public lors de sa deuxième édition du festival Ainsi va la Vis organisé de main de maître.

Le ciel était de la partie alors, les artistes et les spectateurs ont pu jouir de cette belle journée. Les performances se sont succédées tout l'après-midi : roda de capoeïra avec l'association Maquisarts et les enfants de l'école, course au trésor avec l'association Asser, spectacle dans l'intimité d'une caravane par la Cie Entre deux Averses, danse voltige par Vinchentof et Rom, spectacle musical par la Cie Plume d'O, spectacle clownesque avec les Be Clowns, chansons à capella avec la Cie au Poil.
Au fil des heures, les visages déjà réjouis des enfants ont pris des couleurs au stand maquillage,
La journée s'est terminée par un concert hiphop festif avec Entouka.


La buvette des parents d'élèves est en place.
9054

Simon présente l'association Maquisarts avant la roda de capoeïra.
9086

Les musiciens vont accompagner la roda de capoeïra.
9091

Les capoeïristes montrent toute leur passion pour cet art de combat.
9092

9101

9125

9140


Pendant ce temps, les enfants se font une nouvelle beauté.
9064


La compagnie Entre deux averses se prépare pour son spectacle en caravane.
Dagmara-8

Clovis assure le son !
9145

Une fresque prend forme sur le pignon de la mairie.
9074

Danse voltige sur la place du lavoir.
9173

Dagmara-3


Spectacle clownesque.
9181

Chansons à cappella.
Dagmara-9

Dagmara-5


Spectacle musical.
Dagmara-6

La batucada assure l'ambiance.
Dagmara-2

Dagmara-7

Démonstration de combat médiéval.
9154

Démonstration de forge par Renaud et Fabien.
9047

Il y avait aussi de quoi se sustenter pour tout le monde.
9150

9152

Dagmara-4

05 juin 2017

Un village gardois dans l’attente de l’extension de plantes dépolluantes

en-zone-contaminee-l-experimentation-a-son-pic-de_2419692_667x333

Une expérimentation sur les anciens sites d'extraction de zinc et de plomb de Saint-Laurent-le-Minier.

À Saint-Laurent-le-Minier, la population a d'autres soucis. Le village a encore du mal à se relever des inondations de septembre 2014, qui ont ravagé ce village gardois de 370 âmes. Les voiries défoncées, les ponts détruits en livrent témoignage. L'ancienne cité minière, où l'on a extrait, jusqu'en 1991, plomb et zinc, porte d'autres stigmates. Des hectares de terres nues, contaminées... Et toute cette poussière chargée de métaux lourds exposée aux quatre vents et rejoint le sable de la rivière Vis prisée par les estivants.

Le début d'une grande aventure scientifique

Pour la directrice de ChimEco, Claude Grison, la petite commune cévenole a agi comme un puissant révélateur. "En 2008, quatre étudiants sont venus me voir pour un projet de concours, raconte-t-elle. Il cherchait des plantes dépolluantes..." C'est ainsi que la scientifique découvre non loin de Montpellier une première plante, le tabouret bleu (Noccaea caerulescens) et puis une deuxième, la vulnéraire (Anthyllis vulneraria) et enfin une troisième, l'Iberis Intermedia : elles poussent sur les terres contaminées, brûlées par les métaux lourds, des anciens sites d'extraction de Saint-Laurent-le-Minier. "Ces plantes étaient décrites mais leurs propriétés pas bien établies", explique Claude Grison.

Leurs propriétés ? Elles extraient du sol et stockent les métaux lourds tels que le zinc, le fer, le cadmium et le plomb. C'est le déclic pour la scientifique, le début d'une grande aventure scientifique qui se poursuit aujourd'hui avec ChimEco, créé il y a trois ans. Une expérimentation est à l'époque lancée sur l'un des deux principaux sites miniers, les Avinières, propriété de la commune (le deuxième, les Malines, fermé en 1991, est toujours sous la responsabilité de la société Recilex). 50 000 plants de tabouret bleu et de vulnéraire sont mis en terre sur 5 000 m². La photographie ci-contre date de 2014, et montre l'expérimentation à son pic de réussite.

Un projet d'extension sur les 9 hectares à traiter

Las, depuis, les choses n'ont plus évolué, plutôt régressé même, les terres expérimentées ayant été livrées à elles-mêmes... Au village, on s'impatiente. Car un projet d'extension du projet sur les 9 hectares à traiter, porté par l'Ademe, doit voir le jour. "Oui, cela tarde, confirme ainsi Daniel Favas, adjoint au maire en charge du dossier. Mais bon, l'Ademe a lancé des études en 2016, pour des travaux de restauration prévus pour commencer en 2018." En théorie, explique l'élu, le relief doit être remodelé, un mur d'enceinte remis en état et surtout des milliers de plantes semées. Lesquelles auront au moins la vertu de fixer les sols, "réduire les envols de poussières de métaux lourds", souligne Daniel Favas. Si le projet voit bien le jour.

RICHARD BOUDES pour Midi Libre

Plantes dépolluantes, le laboChimEco innove pour la planète

1513302_616_data-art-97747088_667x333

Alors que débute la Semaine européenne du développement durable, gros plan sur une équipe de chercheurs montpelliérains qui développe une solution écologique pour extraire les métaux lourds des sols et des effluents.

C'est une success-story de la recherche montpelliéraine. Le laboratoire ChimEco collectionne prix, médailles et brevets innovants. Et sa notoriété dépasse nos frontières dans sa spécialité, la chimie verte.

Cette équipe de treize chercheurs, installée sur le parc Euromédecine et placée sous la double tutelle du CNRS et de l'Université de Montpellier, n'a eu de cesse ces dernières années de démontrer les formidables propriétés de certaines plantes pour dépolluer les sols et les effluents contaminés par des métaux lourds. Cadmium, aluminium, fer, manganèse, cuivre, zinc ou nickel... Ces reliquats de l'industrie chimique, de la métallurgie, ou encore des sites miniers qui sont voués à persister jusqu'à la fin des temps dans l'environnement, avec un fort pouvoir de nuisance sanitaire.

Platine et palladium

Une fatalité à laquelle Claude Grison, directrice de ChimEco et initiatrice de cette démarche inscrite dans une logique de développement durable, ne se résigne pas. “Notre laboratoire est unique au monde, assure-t-elle, il met les plantes au service de la chimie verte.” De conférences sous toutes les latitudes en expérimentations sur des terrains contaminés du monde entier, elle prêche l'extraordinaire pouvoir des “plantes hyperaccumulatrices”. Et la pertinence ensuite de recycler ces métaux dont les ressources mondiales de certains s'épuisent. Car ChimEco a mis au point la technique qui permet de transformer les anciens polluants stockés dans les plantes en “écocatalyseurs” au service de nombre de domaines de l'industrie chimique.

Le projet ambitieux de Claude Grison est né dans le Gard à la fin des années 2000, sur les anciens sites d'extraction de zinc et de plomb de Saint-Laurent-le-Minier. Claude Grison identifie alors les propriétés de trois plantes locales qui survivent sur “des sols aux concentrations en métaux lourds 500 à 800 fois supérieures aux normes autorisées...” (lire ci-dessous). Depuis, son équipe a fait valoir son expertise en Chine et en Sardaigne pour le zinc, au Gabon (manganèse), en Crète (nickel)... Mais c'est surtout en Nouvelle-Calédonie que ChimEco a trouvé son meilleur terrain d'expression. L'archipel est réputé pour sa formidable biodiversité mais son environnement connaît aussi les lourds dommages causés par l'extraction du nickel. “Nous utilisons des plantes et des arbres endémiques qui poussent sur des sites très pollués, explique Claude Grison. Nous en avons planté sur six hectares, elles permettent déjà de fixer les terres. C'est de l'expérimentation à grande échelle.” Un début, les surfaces dégradées couvrant 30 000 hectares...

ChimEco compte aujourd'hui une dizaine de partenaires industriels (comme Eramet en Nouvelle-Calédonie) et le labo vert pourrait bien décrocher le pompon sur de nouveaux supports : les effluents industriels chargés en métaux précieux, tel le platine et le palladium. Les recycler représente des enjeux importants. “Nous développons des collaborations industrielles confidentielles”, consent seulement à en dire la directrice de ChimEco.

RICHARD BOUDES pour Midi Libre


02 juin 2017

Ainsi va la Vis, un festival des arts de la rue au cœur du village

Web--Ainsi Va la Vis-1

Après le succès de sa première édition, l'association des parents d'élèves Les P'tits Loups a le plaisir d'organiser le samedi 10 juin, son deuxième festival des arts de rue “Ainsi va la Vis !” qui se tiendra au cœur du village au profit des enfants de l'école du village.

Au programme, un méli-mélo d'animations raviront les plus jeunes comme les plus âgés.


• Dès 14h : chasse au trésor avec ASSER, maquillage artistique avec Ségoland Maquillage, démonstration de forge avec Renaud Richard, démonstration de combat médiéval avec la Compagnie Fer de Lance.
Et des spectacles : spectacle en caravane “Le papier, le ruban et la main” Cie Entre deux Averses ; marionnette “Soufrette” Cie Sulfat Théâtre ; danse acrobatique “Imaginez que…” Cie Lil'UNA ; danse voltige “Duo à 5 cordes” Vinchentof et Rom ; déambulation de marionnette géante “Zouita” Les Géants du Sud ; spectacle musical “papillon de nuit” Cie Plume d'O ; spectacle clownesque “C'est qui nous” Les Be Clowns ; chansons à Cappella “Les chansons à l'eau de rose, c'est pas du vent” Cie au Poil.

• 21h : concert Entouka, le groupe qui fait bouger les fesses et les idées.

Buvette et restauration aux stands du festival.
Entrée prix libre, artistes au chapeau.

Facebook : Festival Ainsi va la Vis

27 mai 2017

Françoise Renaud publie aux éditions Encre et Lumière

Web-Françoise Renaud

Ce 18 mai, Françoise Renaud découvrait son dernier livre, un ouvrage façonné à l'ancienne, avec savoir-faire et amour par le typographe imprimeur éditeur Jean-Claude Bernard des éditions Encre et Lumière.

L’auteure ne s’attendait pas à une publication d’une telle qualité pour ce printemps. Une belle surprise que cet ouvrage intitulé Oh pas bien large, “foulé sur des papiers chiffon” en 60 exemplaires numérotés, fruit d’une étroite collaboration entre éditeur et écrivain.

Françoise Renaud a rencontré l’éditeur Jean-Claude Bernard début 2009 à l’occasion d’une interview pour un journal artistique. Un homme rare et farouchement indépendant qui a reçu la typographie en héritage de son père. Il a commencé à explorer le champ de l’édition et a fondé sa maison Encre et Lumière en 1996. Depuis, il n’a cessé de travailler avec des poètes et des artistes et à se passionner pour la conception d’œuvres en typographie sur papier. “Étant autodidacte, ma curiosité est toujours en éveil. Et puis rien ni personne ne m’y oblige à faire un livre, il faut que ça me plaise. Quand j’en prends la décision, je m’y engage à fond.” Son atelier est installé dans le Gard cévenol, dans l’ancienne cave coopérative de Cannes et Clairan.

Ces deux-là ont un autre projet en cours pour 2018 : un essai poétique de Françoise. Dans l’attente de cette réalisation, Encre et Lumière a souhaité publier un autre de ses textes Oh pas bien large, mi prose mi poème écrit suite au décès de son père en février dernier. Un texte hautement sensible et fort. Le père : un personnage décidément récurrent dans son œuvre, un lien indéfectible toujours vivace à travers la mémoire et désormais en littérature.

L'ouvrage est disponible à Saint-Laurent-le-Minier auprès de Françoise Renaud ou dès le mois de juin à la boutique La Saga, rue Blanche.
Site : Françoise Renaud

25 mai 2017

Grand week-end d'inventaire naturaliste

Web-Salamandre-10

Les associations Goupil Connexion et Gard Nature organisent un week-end de prospection et d'inventaire naturaliste ouvert à tous sur le plan haut des Malines à Saint-Laurent-le-Minier les 27 et 28 mai. L’objectif de cette sortie est de prendre plaisir à observer et identifier la faune et la flore.

Au programme :

Samedi 27 mai
• 10h30 : rendez-vous sur le parking des chasseurs à l'entrée du village.
• 10h45 : départ vers le site pour une première visite.
• 13h : repas tiré du sac.
• 14h : reprise des prospections.
• 18h : retour à la salle Roger Delenne pour un point sur les observations.
• 22h : retour sur site pour observer chauves-souris, papillons et autres nocturnes.

Dimanche 28 mai
• 9h : petit déjeuner au gîte offert par Gard Nature.
• 10h : reprise des prospections.
• 13h : repas tiré du sac.
• 14h : dernier tour du site.
• 16h : retour salle Roger Delenne pour le bilan.

Possibilité de ne venir qu'aux rendez-vous de bilan à la salle Roger Delenne.

Informations pratiques
Sortie gratuite.
Matériel recommandé : appareil photo, filets, boîtes loupes, livres d’identification, vêtements chauds pour la soirée.
Si vous nous venez uniquement dimanche, contacter Fred pour lieu de RDV.
Inscription avant le 23 mai par mail : contact@gard-nature.com, tél Fred 06 02 22 61 36 ou Jean-Laurent 06 19 16 06 96

Le parking de la cascade sur la Vis devient payant

le-parking-de-la-cascade-devient-payant_2397354_667x333
Afin de maîtriser la fréquentation de la cascade et prévenir les incivilités, le parking de la cascade de Saint-Laurent-le-Minier devient payant à partir de cet été. Un deuxième parking reste gratuit à 600 mètres, à l'entrée du village. Pour annoncer ces changements, des panneaux seront installés sur la D25 et à l'entrée du parking.

Des flyers seront également disponibles dans les offices de tourisme et à l'entrée du parking. Ils rappellent les consignes de civisme et de sécurité :

  • • Vous allez vous baigner dans la Vis, une des plus belles rivières de France. Cette rivière est fragile. Pour la respecter, ramenez vos déchets après avoir profité d'un agréable moment au bord de l'eau…
  • • Ne pas faire de feux, mais utiliser les barbecues mis à disposition.
  • • Ne pas sauter du pont ou de la cascade.
  • • Ne pas marcher sur le seuil de la cascade.
  • • Garder les chiens en laisse et ramasser leurs crottes.
  • • Ne pas franchir les grillages et barrières de sécurité.
  • • Ne pas s'installer sous l'aqueduc qui est endommagé.

Le parking de la cascade sera payant tous les jours jusqu'à 18h du 24 juin au 3 septembre.
Le prix est de 5€ par jour (pas de chèque ni CB).
Tout stationnement sur la chaussée sera verbalisé.

la-cascade-surpeuplee-en-ete_2397356_667x333

12 mai 2017

Cérémonie de commémoration du 8 mai 1945

web-Commémoration

La cérémonie de commémoration du 8 mai 1945 s'est déroulée devant le monument aux morts de la place du Poilu. Pour cette occasion, Virginie Remburre a récité pour les villageois présents le texte bouleversant ”L’affiche rouge”, œuvre conjointe du poète Louis Aragon et du musicien Léo Ferré.

A l'issue de la cérémonie, l'assistance s'est retrouvée autour d'un apéritif dans la salle du Conseil.

web-2

web-3

web-5