03 décembre 2014

La Fabrique veut oublier l'épreuve des inondations

1090498_obj6897089-1_667x333

La société productrice de films d'animation, déjà frappée par le décès de son directeur fin 2013, a pris une vague de 7 m en septembre à Saint-Laurent-le-Minier. Mais l'équipe se relève...

A Saint-Laurent-le-Minier, les inondations survenues dans la nuit du 17 au 18 septembre derniers ont touché de plein fouet l'activité économique de la localité cévenole. Ainsi, après la formation d'un embâcle, une vague de 7 m provenant du cours d'eau voisin du Naduel a emporté les ordinateurs, tables de graphisme, planches lumineuses, bandes de films, soit plus de cinq tonnes de matériel de la société de production de films d'animation La Fabrique. Une entreprise installée dans une bâtisse cévenole du village depuis 1979 selon la volonté de son fondateur Jean-François Laguionie.

Disparition de Xavier Julliot

Déjà endeuillée le 15 décembre dernier par la disparition soudaine à 49 ans du directeur de la production Xavier Julliot, "vrai capitaine de bord qui gérait beaucoup", dixit la comptable Violaine, La Fabrique a donc dû essuyer un nouveau coup dur. Plus de deux mois après l'inondation, dans les salles voûtées qui abritaient les équipes de production, la boue a figé le spectacle de désolation avec cet amas de branches et de terre. Dehors, des celluloïds du long-métrage Le Château des singes, l'un des plus primés, ont été stockés sous une bâche de fortune après avoir été retirés des locaux et nettoyés.

Stigmates bien visibles

À l'étage, le sol est recouvert d'une fine couche de boue et les traces de l'eau sont encore visibles sur les portes et les murs de la partie administrative. "Je ne me doutais même pas que l'eau de la rivière pouvait s'infiltrer dans les étages par les fenêtres. On a des documents, des ordinateurs qui sont inutilisables", souligne avec beaucoup d'émotion la comptable dont la fille Stéphany Cloysil a pris la présidence de la SAS La Fabrique en mai dernier pour que perdure l'activité de cette entreprise après le décès de Xavier Julliot.

"La volonté de sauver cette institution"

Pour l'équipe, meurtrie par les événements mais qui a décidé de se relever, l'urgence est de retrouver un maximum de documents administratifs pour les assurances. "Nous n'avons pas encore établi la liste du matériel perdu. C'est un travail de longue haleine", résume Stéphany Cloysil déterminée à relancer l'activité malgré le spectacle de désolation que l'on découvre encore sur place. "Nous avons la volonté de sauver cette institution. Il y a un travail de qualité qui est réalisé à La Fabrique. Le long-métrage Le Sens du toucher tourne bien. Il a reçu des prix et a été diffusé sur Arte. Nous étions en coproduction pour le long-métrage d'animation Louise en hiver avec un budget de trois à quatre millions d'euros avant tout ce qui nous est tombé dessus."

Une solution d'hébergement au château de la Madière

En fait, La Fabrique devait produire deux longs-métrages et une série intitulée Flamenco ! dont un pilote avait déjà été réalisé en collaboration avec le dessinateur humoriste nîmois Eddie Pons. Ce dernier et la présidente Stéphany Cloysil se sont vus lundi 24 novembre pour définir les modalités qui permettront de terminer cette réalisation. Tout n'est donc pas perdu même si l'équipe ne se voit pas réintégrer les locaux sinistrés avant de longs mois.

Grâce au relais de la chambre de commerce et d'industrie de Nîmes, personnifié par Pascal Brunel très impliqué, au soutien de la municipalité locale et à cette volonté farouche de garder l'activité de la société sur les terres cévenoles, La Fabrique va pouvoir poursuivre son activité.

Ainsi, le château de la Madière, situé à Ganges et propriété de Jean-Louis Portalès, peut abriter les activités de La Fabrique en début d'année prochaine pour continuer le travail de production de films d'animation. Par ailleurs, la société a reçu le soutien de la productrice Carole Solive et deux entrepreneurs impliqués dans le milieu du spectacle pourraient intégrer l'équipe. La condition pour survivre.

Yann Barry / Midi Libre


02 octobre 2010

Une projection très spéciale

Chienne d'Histoire

Samedi 2 octobre, Xavier Julliot et l’équipe de “La Fabrique” offraient aux Saint-laurentais une projection de leur dernier court métrage "Chienne d'Histoire" après une première diffusion sur arte en mai dernier.

32 ans après la première Palme d’Or reçue à l’époque par Jean-François Laguionie, la Fabrique qui a produit déjà plus de 100 films a été récompensée cette année par une deuxième Palme d’Or pour son dernier court-métrage "Chienne d'Histoire". Ce film d’animation de 15 minutes est basé sur un fait historique méconnu. En 1910, les rues de Constantinople se retrouvent envahies de chiens sauvages. Le gouvernement décide brutalement de déporter les chiens sur une île déserte, au large de la ville.

Après la projection, l'équipe de la Fabrique très honorée par cette récompense, a tenu à partager un moment avec les villageois qui ont eu le loisir de poser quelques questions après la projection.

Le maire, André Rouanet leur a offert un tableau composé pour l’occasion en remerciement de l’image que la Fabrique contribue à donner au village.

Avant de clôre ce moment, les spectateurs ont pu échanger leurs impressions autour d’un buffet offert par l’équipe municipale.

Posté par naduel à 18:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 mai 2010

La Fabrique au Festival de Cannes

C'est maintenant officiel, "Chienne d'Histoire", le dernier court-métrage de La Fabrique en coproduction avec Sacrebleu sera en compétition au Festival de Cannes 2010.

Et comme une bonne nouvelle peut en cacher une autre, "Kérity la maison des contes" a obtenu le prix du public au meilleur film de la section jeunesse du Festival International de Cinéma Indépendant de Buenos Aires (BAFICI).

“Chienne d’Histoire” sera diffusé sur Arte le 12 mai à 00h05 et le 21 mai à 16h40.