25 octobre 2017

Avec son dernier livre, Françoise Renaud retrouve le goût des fleurs

Françoise-web

“Ils avaient décidé de quitter la ville comme on fuit un champ de bataille, une frontière incendiée. C’était venu au détour de la conversation, ils venaient de partager leur dîner. Elle ne s’attendait pas à une chose pareille.” Ainsi commence le nouveau roman de Françoise Renaud.

Comme d’habitude l'écrivain ne veut pas inventer, fabriquer. Il y a tant à observer qu’il suffit d’ouvrir les yeux et de se mettre au travail. Cette fois Françoise a souhaité “dire la vie” au plus vrai. Sa vie. Celle qu’elle a connue depuis son installation à Saint-Laurent-le-Minier début 2014.
“Je me suis retirée de la ville pour mieux observer les choses du monde. Les arbres, le ciel, l'eau folle en pluie ou en ruisseau. Une quête de silence et une soif de beauté m'y ont poussée.”

L’histoire se raconte à travers deux personnages. Gil, un homme robuste et silencieux. Frida, une femme sensible et inquiète, capable de pressentir les dangers. Ils se mettent en quête d’un lieu pour vivre d’une façon nouvelle (ils le trouveront en Cévennes), ils vont connaître la fatigue et le découragement, traverser un chantier, s’affronter à certaines forces telluriques capables de bouleverser la nature.

Il a fallu beaucoup de temps à Françoise Renaud pour aboutir ce livre suite à la catastrophe de septembre 2014 qui a endeuillé le village. S’est engagée alors une profonde réflexion sur la matière du présent et de l’écriture.
Retrouver le goût des fleurs est un roman enraciné dans le pays cévenol qui nous parle du temps et de la nature fugace du bonheur. Une histoire d’amour finalement.
René Char écrivait que la lucidité était la blessure la plus rapprochée du soleil. Oui, c’est cela. Devenir conscient en écrivant, en traversant les épreuves et en contemplant la beauté.

Roman “Retrouver le goût des fleurs” - CLC éditions, octobre 2017. EAN 9782846590945 - 208 pages - 19,90€

Disponible librairie Fabre, Plan de l’Ormeau à Ganges ; librairie Le Pouzadou à Le Vigan ; Sauramps à Montpellier, et on peut le commander dans toutes les bonnes librairies.

Site : www.francoiserenaud.com


20 octobre 2017

Françoise Dupuis expose ses peintures et aquarelles à l'Auberge des Gorges de la Vis

Francoise web

Françoise Dupuis, artiste peintre autodidacte expose ses peintures et aquarelles d'oiseaux et insectes des Cévennes du 14 octobre au 20 décembre 2017 à l'Auberge des Gorges de la Vis à Madières.

Les premiers traits de dessin de Françoise datent de sa formation de couturière dans ses jeunes années. Des croquis au crayon remplissaient son carton à dessin de mannequins habillés de costumes. Elle peignait également des marines à la peinture à l’huile, elle disait alors qu’elle n’arrivait pas à maîtriser l’aquarelle.

Dans les années 80, elle a eu l’occasion d’enseigner le dessin et la peinture aux enfants de l’école primaire. 20 ans plus tard, elle eu l’idée de réaliser les cartes d’anniversaires pour ses petits enfants. Ayant une bonne technique de base, elle dû néanmoins faire preuve de créativité et d’originalité, mariant dessin et papiers collés, pour que chaque année, chacun de ses 6 petits enfants reçoive une carte d’anniversaire personnalisée.

C’est à ce moment là que les premiers oiseaux et insectes sont apparus. A l’époque, les dessins aux crayons de couleurs étaient faits sur des petits formats. Puis au fur et à mesure, les formats se sont agrandis en même temps que l’envie de présenter ses travaux.

C’est à l’occasion de portes ouvertes d’ateliers d’artistes dans son village que Françoise fait ses premières expositions et reçoit les retours enthousiasmés des visiteurs.

Prenant de plus en plus confiance, elle décide de s’attaquer à la technique depuis toujours redoutée: l’aquarelle. C’est alors que la précision des détails, et la justesse des couleurs donnent à ses sujets un réalisme surprenant.

Expo Françoise Dupuis

Les villageois ont dit adieu à leur doyenne Alice Causse

Alice 2009-webAlice l'année de ses 90 printemps.

Alice Causse s'est éteinte le 12 octobre dernier à l'âge de 98 ans. Elle s'est endormie une dernière fois paisiblement à l'Accueil à Ganges où elle a passé ses derniers mois.

Alice est née le 19 août 1919 aux Falguières. C'est dans ce hameau dans les hauteurs de Saint-Laurent-le-Minier qu'elle a grandi auprès de ses parents protestants, éleveurs de chèvres.

Alice aimait par dessus tout la nature et les animaux qui l'entouraient. A ceux qui ont eu le bonheur de la connaître et de la visiter, elle ne se lassait pas de raconter son enfance là-haut. Comme le jour où elle avait échappé à la vigilance de ses parents alors qu'elle avait seulement 4 ans. Alice avait déjà tellement envie d'apprendre à lire qu'elle avait décidé de traverser la forêt pour descendre à l'école du village. Heureusement, les empreintes de ses petits pas dans la neige avaient permis à ses parents de la rattraper en route.

L'école, elle l'a rejointe 2 ans plus tard. Elle descendait alors de là-haut toute seule chaque matin et chaque soir remontait par le sentier si pentu au dessus du cimetière. En remontant de l’école, il lui arrivait parfois de croiser un sanglier à la nuit tombante. Alors, le matin suivant, fière, elle racontait à ses camarades ses rencontres avec la vie sauvage. Et, pétrifiées, ses camarades l’interrogeaient : “et tu n’as pas eu peur ?” Non, la petite Alice n’avait pas peur des sangliers.

Une fois rentrée de l’école, Alice préférait s’occuper des bêtes au lieu de faire ses devoirs. Après son certificat d’études, elle n’a pas voulu s’en éloigner pour aller en pension, alors, elle s'est faite bergère et, jusqu'à ses 80 ans, elle s'est occupée de ses chèvres, accompagnée de ses livres car le goût de la lecture ne l'a jamais quittée.

Mais Alice aimait aussi la vie de village et s'est investie dans la vie de sa petite communauté, notamment au sein du temple où elle enseignait le catéchisme et auprès des aides ménagères : elle fût la première responsable de Présence 30, qui s'appelait AMPAF, créée par la mutualité sociale agricole il y a plus de 40 ans.

Alice est toujours restée fidèle à sa montagne et elle savait la raconter avec bonheur et simplicité alors pour ses amis c’était chaque fois du plaisir de l'écouter. Jusqu'à ses derniers jours, elle a su apprécier la vie comme elle était. Le souvenir de sa petite voix enjouée restera.

A sa fenêtre, elle participait aux commémorations devant le monument aux morts.
Alice-2013-web

Il y a quelques années, Alice pendant le festival de dessins animés.
Alice-cinéma-web

Posté par naduel à 11:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13 octobre 2017

Une récompense prestigieuse pour l'architecte Neave Brown

Neave-web

Saint-Laurentais d'adoption, Neave Brown a reçu le 2 octobre dernier la médaille d'or royale de 2018 lors d'une cérémonie privée à la Royal Institute of British Architects (RIBA). Cette médaille, le plus grand honneur du Royaume-Uni pour l'architecture est approuvée personnellement par Sa Majesté la Reine et est donnée à une personne ou un groupe de personnes qui ont eu une influence significative “directement ou indirectement sur l'avancement de l'architecture”.

Neave Brown, l'architecte moderniste admiré et pionnier de la qualité des logements sociaux, est peut-être le plus connu au Royaume-Uni pour ses travaux visionnaires des années 1970.

A Londres, Alexandra Road, largement considéré comme son chef-d'œuvre a été l'aboutissement des enseignements de ses projets précédents. Cette composition architecturale offre non seulement 500 maisons avec leurs terrasses en béton armé et des appartements spacieux, mais, pour Neave, c'est une ville, contenant des magasins, des ateliers, un centre communautaire, une école spécialisée, un centre pour enfants, un soin accueil pour les jeunes ayant des difficultés d'apprentissage et un parc public.

Selon Neave Brown le travail de l'architecte en matière de logement n'est pas seulement de construire de l'habitat mais de concevoir pour définir la vie et les relations sociales, entre la maison et le quartier, entre un foyer et un autre, entre le public et le privé, les adultes et les enfants, … et contribuer ainsi à la santé et au bien-être des villes société.

La notoriété de Neave Brown a pris de l'ampleur au cours des décennies. Par ces travaux, il a contribué au bonheur du monde. Il a inspiré les générations successives d'architectes et d'étudiants de l'urbanisme et appris avec eux d'une manière incroyablement positive. Il a également enseigné et donné des conférences sur l'architecture de manière engagée, claire et logique. L'on peut voir l'influence de ses idées et l'empreinte de son travail dans beaucoup d'architecture et d'urbanisme contemporains.

Alexandra Road Estate under construction, Camden, London.

Alexandra Road Estate under construction, Camden, London


Alexandra Road Estate, Camden, London 2010.

Alexandra Road Estate, Camden, London 2010


Dunboyne Estate, Fleet Road, Camden, London- south elevation of east block.

Dunboyne Estate, Fleet Road, Camden, London- south elevation of east block


Dunboyne Estate, Fleet Road, Camden, London- west elevation of the the east block.

Dunboyne Estate, Fleet Road, Camden, London- west elevation of the the east block


Neave Brown Royal Gold Medal by Morley von Sternberg.

Neave Brown Royal Gold Medal by Morley von Sternberg